L’excès de certitudes et une existence qui est réglée comme du papier à musique, dont les moindres détails sont planifiés, engendrent la lassitude et la dépression. Lorsque tout est sous contrôle et connu d’avance, le monde devient monotone. L’excès d’incertitude en revanche engendre l’inquiétude, l’angoisse et potentiellement la dépression. Quand l’incertitude et la peur atteingnent leur paroxysme, l’énergie vitale dépensée en angoisse, peur, agitation prend le dessus sur tout le reste. Toutes les thérapies holistiques (médecine traditionnelle chinoise, Ayurveda, nathuropathie, etc) ont pour notion essentielle la vitalité. Elles considèrent que la malaise est le résultat d’un déséquilibre de la force vitale et que la vitalité est un capital à preserver. En effet nous maintenons d’autant mieux notre équilibre intérieur et par ricochet notre santé lorsque la force vitale est intense. Lorsque ce n’est pas le cas, le corps fonctionne moins bien, les fonctions vitales ralentissent, plusieurs systèmes entrent alors en mode compensatoire. Sur le long terme ces dysfonctionnements engendrent potentiellement divers troubles et/ou une difficulté à s’adapter au stress, puis des pathologies chroniques. Lorsqu’un nathuropathe rencontre pour la première fois un nouveau patient, il s’efforce grace à l’anamnèse (récit des antécédents d’un malade), de comprendre comment la personne a géré son capital vitalité. Ce bilan s’avère primordial car une personne peut disposer d’un jeu de cartes particulièrement favorable à la naissance, mais si elle l’a mal géré lors du jeu de la vie, elle a dilapidé ses bonnes cartes. Puis il procède à un bilan morphologique afin d’observer comment l’énergie vitale a sculpté la matière. En naturothérapie et en médecine ayuvédique, l’hygiène vitale qui repose sur l’hygiène alimentaire, l’activité physique et neuropsychique, (gestion du stress et des émotions) joue un role essentiel. Ces trois grands piliers associés à un sommeil de qualité, renforcent et stimulant le système immunitaire.

Quelques pistes qui contribueront à preserver et régénérer votre énergie vitale. Tous d’abord étirez vous plusieurs fois par jour ce qui aura pour consequence de dénouer certaines tensions. Ensuite privilégiez autant se faire se peut les activités au grand air afin de réoxygéner votre corps et votre cerveau. Par exemple en pratiquant de petites marches, en ouvrant las fenêtres de votre habitations et notamment celle de votre chambre quelques minutes avant de vous endormir. Rappelons l’importance de pratiquer une activité physique suffisante, 30 minutes minimum par jour sont recommandées, vous pouvez fractionner cette pratique en trois périodes de 10 minutes.  Ecoutez des audios, en effet cette pratique peut notamment contribuer à rétablirla cohérence cardiaque. Par exemple un audio de méditation, un audio de sophrologie, un audio d’auto-hypnose. Nous avons déjà developpé cette thématique dans d’autres articles, rappelons les bienfaits de la méditations et de l’exercice physique sur le cerveau. Modérez le café. Cette boissons à énormément d’effets bénéfiques sur la santé et le cerveau, mais il ne faut pas en abuser. En effet il peut s’avérez être un faux ami pour votre énergie vitale, je vous conseille de limiter votre consommation à 3 à 6 tasses par jour, ainsi vous bénéficierez uniquement de ses vertus. Le bonheur évoque un état positif, une quiétude, un sentiment durable de bien-être. Ses sources sont diverses mais elles font toutes référence à la qualité de la vie. Beaucoup de personnes rêvent d’un bonheur perpétuel mais cette quête s’avère être une utopie impossible à atteindre , cette vision des choses manque de réalisme. L’existence se caractérise par des hauts des bas et notre capacité à faire face aux aléas et désillusions qui jalonnent le voyage. Le bonheur est directement lié à la manière dont on réagit aux événements qui transforment notre vie. Rien n’est plus préjudiciable à ce sentiment de plénitude que ces attitudes et états d’esprit. En premier lieu évitez le jeu des comparaisons. En effet beaucoup d’entre nous se focalisent sur le soi-disant bonheur des autres ce qui suscite de la frustrations ainsi que des souffrances, se persuadant qu’ils accumulent les réussites comme leur couple, leur maison, leurs enfants. Si vous pouviez observer de façon détaillée leur façon de vivre, vous seriez peut-être surpris de constatater à quell point il peut s’agir d’une question de perception. Mieux vaut chercher à définir ses propres objectifs en se détachant du regard des autres et du qu’en dira-t-on. Ensuite, développez votre capacité d’adaption. Cette aptitude vous confère une vision plus juste et réaliste de vous-même, vous aide à procéder à un bilan objectif de vos forces et de vos faiblesses. Etant en mesure de définir ce qu’est pour vous une vie réussie et de concrétiser votre vision, vous serez moins enclins à ressasser le passé. Peur de l’échec, de la solitude, du conflit, etc, manque de confiance en soi. Plutôt que de fuir continuellement ses peurs, mieux vaut les affronter et les apprivoiser. Les mauvaises expériences dont nous n’arrivons pas à nous débarrasser ainsi que le manque de confiance en soi, si ils sont mal gérés, peuvent engendrer des peurs, une anxiété et des doutes lancinants. Lorsque ces émotions negatives prennent le dessus sur tout le reste, notre univers quotidien s’en trouve parfois chamboulé, souvent nous perdons alors tout contact avec la réalité. D’où la nécessité non pas d’ignorer nos peurs mais d’avancer de l’avant, d’avancer avec elles sans se laisser paralyser. Christina Tinker dans son autobiographie évoque un exemple de la façon dont l’incertitude et la peur peuvent avoir un impact néfaste sur nos vies. Elle écrit que durant sa jeunesse elle a vécu une période de plenitude car ses parents ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour assurer la sécurité et la sûreté dont elle, ses frères et sœurs avaient besoin. Son bonheur et son insouciance ont été brutalement interrompu  lorsque son petit frère a été victime d’un accident qui l’a plongé pendant plusieurs semaine dans le coma suite à une lésion cérébrale. Alors qu’elle s’inquiétait pour lui et se demandait si il allait survivre,  elle devait parallèlement s’occuper de sa petite sœur car ses  parents passaient la quasi totalité de leur temps auprès de lui à l’hôpital. A cette époque elle éprouvait un sentiment de peur et d’incertitude d’une telle intensité, que le besoin de certitude et de sécurité accaparaient chaque instant de sa vie. Elle cherchait en vain un moyen pour reprendre le controle de sa vie. Durant 12 ans elle a mené une bataille contre l’anorexie, la boulimie, l’anxiété et le perfectionnisme obsessionnel. Je suis sûr que beaucoup d’entre nous ont mené de différentes manières, des combats ayant engendré de la peur et de l’incertitude. Et, comme on peut le voir dans l’histoire de Christina, lorsque ces sentiments atteignent un niveau difficilement soutenable, nous pouvons facilement perdre le contrôle de nos vies et éventuellement prendre des décisions inapropriées, dont certaines pourrons même engendrer des conséquences particulièrement préjudiciables. D’un autre côté, un sentiment de certitude absolue peut signifier que nous ne nous imposons pas suffisamment de défis et que nous nous contentons de nos zones de confort. Peut-être, au lieu d’essayer de complètement éliminer la  peur et l’incertitude, devrions nous trouver des moyens de raviver notre aptitude à l’émerveillement, de conquérir de nouvelles compétences, de relever des défis ambitieux et motivants. D’où vient la peur de l’incertitude et du futur ? De prime abord cettte question peut sembler futile, mais si vous réfléchissez bien il n’y a rien d’intrasèquement effrayant dans le futur, même si vous ne savez pas ce qui va arriver. La probabilité que quelque chose d’exceptionnel se produise ultérieurement ou ce mois-ci est la même. Alors pourquoi ne pas savoir est-il effrayant ? En réalité  ce sont les consequences de ce qui pourra arriver, le fait que cela puisse provoquer chez nous de la peine, de la souffrance, un échec qui est effrayant. Et en général ce que nous redoutons, c’est la peur de la perte et du changement. Le veritable problème se situe dans le fait de ne pas vouloir que les choses soient différentes. Nous devons donc cultiver notre aptitude à l’excellence dans le changement et l’incertitude. En procédant de la sorte, nous sommes aptes à gérer les nouvelles experiences, les nouvelles choses telles qu’elles arrivent, le changement lui-même devient alors confortable. Les personnes aventureuses recherchent de nouvelles expériences car elles savent que cela se passera bien et leur permettra parfois de vivre des choses totalement incroyables et improbables. Nous aborderons dans un autre article comment apprendre à gérer le risque et comment faire en sorte d’accroitre de façon considerable la probabilité de certains événement pourtant fortement improbables.

Voici quelques piste qui vous aideront à remporter la victoire contre les sentiments de peur et d’incertitude.

  1. Adoptez une attitude adéquate – votre attitude a des répercussions dans presque tous les aspects de votre vie, y compris la façon dont vous menez vos combats intérieurs. Vous devez accepter que tant que vous vivez, vous serez confronté à des défis comme tout le monde. Cependant, au lieu d’essayer de les éluder, nous devrions nous préparer à y faire face. Soyez positif et voyez les contraintes comme des opportunités, pas besoin de savoir si c’est vrai ou faux. La chance est une compétence qui s’entretient, en optant de façon délibérée pour l’optimisme et en orientant ses pensées vers des solutions. Acceptez que les choses ne se passent pas toujours comme vous le souhaitez.
  2. Cheminez vers le succès grâce à un style de vie positif et cultivez la gratitude – appréciez les bonnes choses qui se produisent dans votre vie et dans celles des gens qui vous entourent. Célébrer les bénédictions de vos pairs peut vous aider à entrevoir des possibilités nouvelles, à imaginer des alternatives. Trouvez au moins une chose que vous appréciez chez chacune des personnes que vous rencontrez et dans chaque lieu que vous visitez.
    Plus vous pratiquerez cet exercice et plus vous en découvrirez de nouvelles. Si je suis confidant et optimiste, je crois en ma bonne étoile, j’ose prendre des risques mesurés dont certains aboutisses à des résultats concrets. Soyez reconnaissants pour tout ce que vous recevez chaque jour. La gratitude au quotidien nous aide à réaliser que l’on est à l’abris du malheur. Par ailleurs elle améliore de façon considerable notre qualité de vie.
    L’exercice du pivot pour penser de manière positive, consiste à trouver les exacts opposés de vos pensées négatives. Ensuite visualisez cette pensée negative, répétez ce processus autant de fois que nécessaire. Si le besoin s’en fait sentir, pensez à associer à cet exercice l’auto-hypnose et/ou la méditation afin de renforcer le processus de visualisation.
  3. Considérez les pertes potentielles lorsque vous éprouvez des sentiments de peur et d’incertitude – lorsque ces sentiments deviennent prépondérants, cela prépare le terrain à la dépression et à une aptitude réduite à gérer les situations périlleuses susceptibles de se présenter tout au long de votre existence. Cela peut même avoir un effet rédhibitoire qui nous empêche de vivre de nouvelles expériences et sape notre confiance en nous.
    Et aussi de compromettre des relations, entrainer la perte d’un emploi et développer des problèmes de santé, pour n’en citer que quelques unes. Quand la peur accapare nos vies, nous voyons de la négativité même lorsque des opportunités se présentent à nous. La peur et l’inquiétude n’ont jamais résolu les problems, bien au contraire.
  4. Fixez vous un objectif et donnez-vous les moyens de l’atteindre – toutes les personnes qui ont réussi à réaliser de grandes choses le disent, elles se sont fixées un objectif, ce qui leur a permis de réaliser leurs rêves les plus fous. Pour ce faire, il est nécessaire de cultiver la franchise avec vous-même et un désir ardent de réussite. Plus votre objectif sera ambitieux, plus il sera difficile à réaliser.
    A l’inverse un objectif modeste ne sera pas assez mobilisateur et ne vous fera pas rêver. Ne sous-estimez jamais la puissance d’un rêve. En effet, rêver est un formidable moteur qui vous aidera à mobiliser toutes les ressources nécessaires à la réalization de votre vision. Une fois votre passion définie, c’est ce qui permet de la concrétiser en lançant son projet passion.
    Néanmoins les enfants on tune aptitude au rêve plus importantes que les adultes. Pourquoi sous prétexte que vous avez grandi devriez vous mettre de côté les aspirations de votre enfance et de votre jeunesse ? Ne sous-estimez jamais la puissance du rêve.
    Ce dont vous avez le plus besoin, c’est de retrouver l’enthousiasme de de votre enfance en voyant les choses en grand. WALT DISNEY a écrit “Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite, réveillez-vous calmement et allez d’un trait jusqu’au bout de votre rêve sans jamais vous laisser décourager.”
    Réaliser vos rêve vous permet de vous reconnecter à ce qui vous anime, de construire une réalité qui vous est propre, qui va au dela de vos esprérances. Ayez la tête dans les étoiles tout en conservant les pieds sur terre. Néanmoins ne confondez pas rêve et pensée magique. Le fait de consacrer 30 minutes de votre temps ou plus pour vous adonner à des choses qui vous passionnent vraiment, pour rêver et pour pratiquer des activités spirituelles tells que la méditation et/ou l’auto-hypnose.
    Connaître notre objectif vient souvent de croire en un pouvoir surnaturel qui fonctionne le monde. MARIA SHRIVER a écrit : “Peu importe à quel point vous êtes occupé, prévoyez du temps dans votre journée pour vous calmer, pour penser, pour réfléchir, pour être dans le moment present.” Le fait de developer une connexion avec le domaine spirituel a tendance à rendre les gens invincibles.
  5. Cultivez vos pensées positives et développez votre confiance en vous, ayez foi en l’avenir – généralement, les gens ont trop nourri leur cerveau avec des pensées négatives qui façonnent leur réalité perçue, les emprisonne à l’intérieur d’un univers gris, terne et sans la moindre perspective d’amélioration. Avouez qu’une telle philosophie ne fait pas rêver !
    Certaines de ces craintes peuvent même résulter de problèmes inexistants. Cette conception de l’existence peut provenir de convictions tells que «je suis trop peu qualifié pour cela», «je ne l’ai pas foi en moi», «ma vie est maudite» et bien d’autres encore. Chaque fois que nous nous trouvons engagés dans une réflexion approfondie sur nos vies, optons de façon délibérée pour l’optimisme. Développée en 1952 par la Pasteur Norman Vincent Peale, la pensée positive es tune méthode de programmation mentalequi privilégie les idées de croissance et de bien être.
    Ce concept qui se base sur la loi d’attraction part du principe qu’au fur et à mesure que l’on visualise une image et/ou une scène dans son esprit, on attire l’équivalent dans la réalité. Nous aborderons ultérieurement une méthode qui vous enseignera comment mettre en oeuvre la loi d’attraction grace à l’auto-hypnose associée à la visualisation créatrice.
    Personne ne sais de quoi l’avenir sera fait, néanmoins abordons le avec optimisme et curiosité, attendons avec impatience les bonnes choses que nous espérons et planifions plutôt que de nous soucier de savoir si l’avenir sera amical à notre égard. JEAN-PAUL PINSONNEAULT a écrit : “Sait-on jamais ce que l’avenir nous réserve. Il faut laisser agir le temps. Etre heureux n’est peut-être pas aussi difficile qu’on le croit. Si cela ne dépendait que de nous ? S’il ne s’agissait que de recommencer ?…”
  6. Partagez vos préoccupations avec quelqu’un en qui vous pouvez avoir confiance – lorsque vous gardez certains problèmes, certaines peurs pour vous, cela peut rendre plus difficile leur résolution. Notre entourage se compose en général de quelques personnes de confiance qui se soucient vraiment de nous, tout ce que nous devons faire, c’est leur donner une chance de nous aider. Le syndrome d’anxiété sociale touche environ 7% de la population.
    Il s’agit d’une peur associée à certaines activités sociales ou à des situations de performance où la personne pourrait se sentir observée, embarrassée, humiliée, rejetée ou préoccupée par le jugement des autres. Par exemple la peur de parler en public. Des solutions efficacies existent, si vous êtes concerné n’hésitez pas à les explorer.
  7. Les leçons que la vie nous enseigne exhale les défis et permet à votre potential de s’exprimer pleinement – bien que notre propos ne soit pas de normaliser une vie de «souffrances», nous ne pouvons pas éluder le fait que les personnes qui ont été confrontées à des conditions de vie particulièrement difficiles et défavorables au depart, lorsqu’elles ont réussi à surmonter leur handicap initial, lorsqu’elles ont transformé les épreuves qu’elles ont subi en tremplins, elles deviennent alors beaucoup plus fortes et plus sages que les personnes qui ne connaissent qu’une vie confortables, qui ne sortent jamais de leur zone de confort.
    Alors que nous traversons la peur et l’incertitude, nous pouvons surmonter ces épreuves en envisageant le fait que lorsque nous arriverons à renverser la vapeur cela nous rendra plus endurants et plus résilients face à l’adversité. Linda de Souza, de son vrai nom Teolinda Joaquina de Sousa Lança, voit le jour le 22 février 1948 au Portugal. Enfant, elle vit dans la pauvreté, et dès l’âge de 11 ans commence à travailler. Elle fait d’abord des ménages puis travaille à l’usine. En 1968, alors agée de 20 ans, elle est fille-mère dans un pays alors hautement traditionaliste. Elle décide au début des années 70 de partir s’installer en France avec son fils, afin de démarrer une nouvelle vie. Pour survivre, elle exerce plusieurs métiers dont celui de femme de chambre. Parallèlement elle assouvit pendant ses heures de loisirs sa passion en se produisant Chez Louisette, restaurant des puces de de Saint-Ouen.
    Remarquée par un producteur, elle rencontre Claude Carrère qui lui propose un contrat. Ensuite son succès sera fulgurant, après son passage dans l’émission télévisée Les Rendez-vous du Dimanche Le 45 tours “Le portugais” se vend à plus de 800 000 exemplaires en France. Son autobiographie “La valise en carton” paru en 1984 se vend à plus de 2 millions d’exemplaires. Cet ouvrage donnera naissance à la série télévisée diffuse sur Antenne 2 en 1988 et qui remporta un franc succès.

L’énergie va là où se porte l’attention – Le moyen le plus efficace de créer ce que nous souhaitons dans la vie est d’utiliser l’énergie créatrice. Il s’agit d’un processus que nous utilisons naturellement tout au long de la journée. Nous engendrons notre proper réalité, bonne ou mauvaise, tout simplement en se focalisant sur quelque chose. Nos pensées peuvent aussi bien nous aider à réfléchir que nous envahir et générer du stress. Toutes les dimensions de la vie humaine sont contenues dans le développement dynamique de cette “vie créatrice”. La vie est créatrice, l’être humain est créatif. Pour les pratiquants du bouddhisme de Nichiren, cette expression prend tout son sens dans l’appelation du mouvement Soka.