Quelle est la caractéristique commune à Elon Musk, Jeff Bezos, Bill Gates, Steve Jobs et Joseph Seve qui deviendra Soliman Pacha ? Quel leitmotiv a guidé ou guide leur existence ? Tous ces individus ont géré ou gèrent des empires. Quel est le secret de leur réussite exceptionnelle ? Tout comme toi ils sont humains, ils doivent gérer leur existence quotidienne, se lever le matin, dormir suffisamment afin d’optimiser à la fois leurs performances mais aussi pérenniser leur état de santé sur le long terme. Leurs journées comme les tiennes ne comporte que 24 heures, ils doivent comme toi s’adonner à des tâches quotidiennes routinières. Certains ont été élevés dans des familles modeste et n’ont pas reçu d’éducation privilégiée. Comme alors qu’ils étaient pour certains d’entre eux confrontés à des situations familiales et économiques particulièrement difficiles ont-ils pu bâtir de telles réussites ? En l’origine d’empires à la puissance prodigieuse. Contrairement à ce que certains imaginent parfois, leur réussite ne s’est pas construite du jour au lendemain mais résulte au contraire la plupart du temps d’un long cheminement qui se caractérise par une vision initiale nourrie ensuite par une bonne dose de persévérance et un désir ardent de réaliser ses rêves et ses objectifs. Est-ce que tu t’es déjà demandé ce qui te différenciait des individus que j’ai cité au début de cette chronique ? Tu imagines peut-être qu’ils possèdent un don exceptionnel les ayant conduits vers l’élitisme et un succès que beaucoup leur envie ? La réalité s’avère beaucoup plus prosaïque. Tu possèdes déjà énormément de points communs avec eux. Comme monsieur Jourdain tu fais déjà de la prose sans en avoir conscience. Toutes les réussites exceptionnelles se basent toutes sur un ingrédient absolument essentiel, le mindset aussi appelé état d’esprit. Il conditionne une bonne partie de ta réussite future dans tous les domaines mais en soi ce n’est pas une martingale ni une formule magique. Pour que la magie opère véritablement tu devras absolument agir, passer à la pratique le plus rapidement possible. La différence essentielle entre les personnes qui réussissent tout ce qu’elles entreprennent et celles qui échouent et sombrent dans le désenchantement et la désillusion réside essentiellement dans le fait de savoir persévérer et conserver un mindset à toute épreuve durant les moments difficiles. Et cela est susceptible de complètement changer la donne. La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille, c’est un peu comme les vagues sur l’océan, il y a des moments où tout te réussit et d’autre où tu te trouves au creux de la vague. Dans les moments de déveine tu dois tout mettre en œuvre pour te relever et découvrir des solutions innovantes et disruptive. Tu dois sortir de ta zone de confort au lieu de te décourager, cultiver ton leadership. Par exemple en allant à la salle de sport ou en faisant du vélo, te former en regardant par exemple des vidéos, en t’inscrivant à des séminaires en en lisant des livres inspirants. Profite en aussi pour adopter un mode de vie sain, change ton alimentation, fait en sorte d’améliorer ton sommeil. Dans ces moments là ton destin se joue. Il est très important de développer ce trait de caractère qu’est la persévérance car elle est intrinsèquement liée à l’aptitude et au dépassement de soi. Comme le dit Benjamin Franklin, « L’énergie et la persévérance conquièrent toute chose ». Thomas Edison n’a pas toujours été cet inventeur absolument génial et prolifique qui est entré dans la légende grâce à ses inventions. Ses professeurs disaient de lui « qu’il était un hyperactif trop bête pour apprendre quoi que ce soit ». Il a été congédié de ses deux premiers emplois car il ne manifestait pas un esprit suffisamment inventif ! Thomas Edison, septième fils de Samuel Edison, naquit aux Etats-Unis en 1847. Alors âgé de 9 ans, il rentre de l’école avec une lettre destinée à sa mère et à elle seule. Sa mère commence à la lire tout en se mettant à pleurer. Ensuite elle en fait la lecture à son fils : « Votre fils est un génie. Cette école est trop petite pour lui et nous n’avons pas assez de bons enseignants pour l’instruire. Veuillez vous occuper vous-même de son éducation ». A cette époque le jeune Thomas a déjà installé un véritable laboratoire dans le sous-sol de la maison de ses parents. Les années passèrent, Edison avait déjà réalisé nombre de ses inventions majeures comme, le télégraphe, l’ampoule électrique, la centrale électrique, le phonographe, la caméra, le téléphone et bien d’autres encore. Il était déjà reconnu comme l’un des inventeurs majeurs de son siècle. Sa mère décède. A ce moment là il découvre une lettre pliée parmi les affaires de sa mère et il se met à la lire. C’était la lettre que lui avait confié jadis son instituteur : « Votre fils est nul ! Il est déficient ! On détecte chez lui une maladie mentale. Nous n’autorisons plus votre fils à revenir à l’école ». Ce genre d’enseignants médiocres existe malheureusement encore de nos jours. Il importe de leur opposer cette doctrine susceptible de déplacer des montagnes : « La réussite est la meilleure vengeance ». Quel bonheur d’assister à la réaction virulente d’une de ces personnes ayant perdu toute assurance et complètement dépitée face à une réussite exceptionnelle. Et de lui tenir tête si elle continue de tenir le même discours que naguère. Thomas Edison a pleuré pendant des heures et il a ajouté cette note dans son journal : « Thomas Edison était un enfant nul et déficient, qui grâce à une mère héroïque, est devenu le génie du siècle ». Parfois la foi soulève des montagnes, la morale de cette anecdote est qu’il ne faut jamais désespérer et toujours garder confiance en ses capacités. Le destin de Joseph Seve qui deviendra plus tard Soliman Pacha est tout à fait incroyable, rocambolesque et atypique.   Né le 17 mai 1788 à Lyon, il meurt le 12 mars 1860 au Caire. Cet officier français de l’Empire entrera par la suite au service de Méhémet-Ali. Une de ses filles est l’arrière-grand-mère du dernier roi d’Egypte, le roi Farouk. Joseph Seve et ses cinq frères et sœurs sont les enfants d’Anthelme Sevoz (1754 – 1832), originaire de Lhuis dans le Bugey, et d’Antoinette Juillet (1764 – 1814), originaire de Villefranche dans le Beaujolais. Ses grands-parents paternels exerçaient la profession de marchand-vignerons et ses grand parents maternels celle de meunier.  En 1772 Louis Juillet navigue avec sa famille sur une modeste embarcation via la rivière de Saône, pour se rendre de Villefranche jusqu’à Lyon où il s’installe en bas du faubourg de Saint Irénée afin de travailler sur un moulin bateau. Cette même année 1772, un jeune homme âgé de 18 ans et pétri d’une grande ambition, descend le Rhône sur une barge de bois. Parti Lhuis son village natal, sa destination se situe à Lyon. Le reste de sa famille est restée quant à elle sur sa terre natale, il est seul avec uniquement un balluchon et un viatique pour bagages. Il rêve de prospérité et d’un avenir meilleur. La grande bourgade commerçante et inventive qu’est Lyon à ce moment là lui laissent augurer une grande aventure et la possibilité de bâtir une grande réussite. Il travaillera comme les Juillet lui aussi sur l’eau, dans un moulin à foulons. Les deux familles Juillet et Sevoz ont des rêves, des attentes, des espoirs et des ambitions qui ne demandent qu’à se concrétiser. Ils ont une foi et un désir ardents de réussir ! Les jeunes années de Joseph se déroulent à Lyon. Il séjourne parfois chez ses grands parents à Fontaines-Saint-Martin. C’est un enfant robuste et doté d’un esprit particulièrement vif. Mais en 1793 ses parents doivent s’exiler à Lhuis avec leurs quatre enfants survivants. Ils se réfugient dans une vieille chaumière. Les voisins leurs fournissent des biens de première nécessité et un peu de nourriture afin de leur permettre de survivre. Une vie totalement nouvelle attend Joseph alors âgé de 5 ans dans ce monde rural, il s’adapte très rapidement et se forge un caractère volontaire. Marie Baudet âgée de 15 ans devient sa préceptrice particulière, qui dès le départ influera énormément la vie de Joseph grâce à sa grande dévotion et une aptitude tout à fait exceptionnelle pour lui transmettre le goût de l’effort, une curiosité et une avidité à acquérir de nouvelles connaissances. Dans un tel environnement les malheurs de la révolution sont vites oubliés. Marie est la dernière et onzième enfant d’Antoine Baudet dit le Turc. Placée très jeune dans un couvent pour étudier. Elle était destinée à l’élitisme religieux et à l’enseignement. Elle en est chassée en 1792 par les révolutionnaires de Belley. Ses parents abasourdis décident alors de la rapatrier chez eux. A ce moment là la mère de Joseph tombe malade. Marie vient les aider pour garder les enfants. Marie en quête d’identité voue un attachement particulier pour Joseph. Durant les mois et les années qui vont suivre, elle va réussir à sublimer les qualités d’un enfant d’une prodigalité étonnante. Elle aura un rôle majeur et incontestable sur la destinée du futur Soliman Pacha. Elle conservera des liens étroits et une grande complicité avec Joseph jusqu’à la mort. Leur proximité leur a permis de nouer une connexion intuitive qui va s’avérer particulièrement prolifique. Un personnage célèbre marquera lui aussi la vie de Joseph. Il s’agit d’André Marie Ampère qui fut son enseignant en mathématiques. Dans les environs de Lyon se trouve à Poleymieux (là où il vécut avec ses sœurs et ses parents), le musée de l’électricité. André Marie Ampère décèle chez Joseph des aptitudes exceptionnelles et hors du commun. Le 23 septembre 1798, à l’âge de 10 ans, il réussit brillamment le concours pour entrer aux Ecoles de la Marine. A cette époque rentrer dans une école gratuitement est extrêmement difficile. Même avec de bonnes compétences, très peu parviennent à se hisser hors du rang. Les grandes idées d’individus précurseurs comme Marie Baudet le Turc et André Marie Ampère, une éducation robuste et une soif insatiable pour le savoir et le progrès sont à même de chambouler le destin d’une nation, en l’occurrence l’Egypte moderne. Les idées qui ont permis de bâtir le monde que nous connaissons actuellement existaient déjà à l’époque sous forme d’ébauches. Lorsque l’on lit des biographies d’Andrée Marie Ampère et que l’on visite sa maison natale, on suppute immédiatement le potentiel de telles idées et leur impact inéluctable sur les siècles futurs. Suite à son incorporation dans les Ecoles de la Marine, il embarque sur la frégate « La Muiron », au port de Toulon dans le Var. Un an après, il officie durant 47 jours comme valet et accompagnateur du Général Bonaparte de retour d’Egypte. Suivent 4 jours en voiture jusqu’à Lyon où il retrouve sa famille. Marc Pittiou relate l’épisode où Bonaparte raccompagne Joseph chez ses parents à Lyon : « Après cette traversée qui l’a ramené en France, Joseph, par sa position originale, est en train de vivre une formidable aventure, puisque qu’avec ce beau monde il a passé 48 jours de folie. Et il n’en restera pas là !!! En effet, l’aventure continue : le Général Bonaparte remontant à Lyon, va ramener Joseph chez son père ! Pour le bon usage, le Général a déchargé le Capitaine de la Gréardière du rôle des équipages à Joseph Seve ; ce à compter du 17 vendémiaire An VIII (9 octobre 1799), pour raison de congés dus pour son jeune âge d’une part, et d’autre part pour avoir participé à la campagne d’Egypte avec les autochtones, soit un an et seize jours de services dans l’Artillerie de Marine. Très généreux et paternel, le Général a pris la responsabilité de remonter Joseph jusque chez son père à Lyon, qui vient d’en être informé par courrier de poste spécial. Instinctivement, Bonaparte sait que Joseph est d’une grande loyauté et digne de confiance, alors il dormira dans une autre chambre, à côté de celle du maître Bonaparte en compagnie de Raza Roustam son fidèle mamelouk. Joseph rentrerait-il dans le cercle d’initiés gravitant autour de Napoléon Bonaparte ? » Il poursuit : « Effectivement en fin de matinée, venant du sud, un groupe de cavaliers remonte les quais, escortant une voiture à cheval : c’est le Général Bonaparte , avec son inséparable Raza, qui arrive à Lyon. Comme convenu, l’équipage s’arrête au 13 du quai de Retz. Les passagers en descendent, et Napoléon Bonaparte rencontre furtivement Anthelme Seve avec sa famille et lui confie Joseph. Rapidement Napoléon et Raza remontent dans la diligence, jusqu’à l’Hotel de Ville où une délégation les attend, avec une foule importante pour acclamer le Premier Consul. La scène n’a duré que plus de trois minutes, et les curieux en promenade ainsi que les quelques habitants du quartier qui ont eu le privilège d’apercevoir l’événement sont ébahis et ne comprennent pas trop ce qui, en ce lieu, justifiait la présence de l’empereur Napoléon Bonaparte. Ils ne voient qu’une famille se retrouvant avec un jeune militaire en tenue, un jour de dimanche, muni de son paquetage. » Lors d’une de ses permissions il fait la connaissance à Lyon de Joseph Marie Jacquard. Dans son ouvrage consacré à l’enfance de Joseph, Marc Pittiou raconte : « Tout proche de chez son père, il s’intéresse au pas de porte d’un libraire, relieur et imprimeur, et ose pousser la porte d’entrée pour consulter des ouvrages. Il rentre dans la boutique, regarde, consulte, … Personne ! Il s’enfonce au fond de l’échope et il est surprit de trouver un artisan mécanicien tisserand. Curieux comme à son habitude, il engage la conversation avec Joseph Marie Jacquard qui est en train « d’inventer une machine à tisser » ! Il apprend que l’imprimerie appartenait à Jean Marie Barret, décédé depuis de nombreuses années, son épouse Clémence Jacquart ayant continué avec ses enfants pour subvenir à leur éducation. Alors Joseph Marie est resté avec sa soeur. Ils s’aident mutuellement, d’autant qu’ils ont hérité ensemble du fond de tisserand qui jouxtait les deux pas de porte. Joseph Marie, heureux d’avoir trouvé un « client » attentif, lui confie qu’il est aidé par Anthelme Seve, un généreux voisin, tondeur de draps, qui lui confectionne les pièces de bois pour faire un prototype. Ils sont aidés aussi par Jean Louis Micot, fabricant de peignes et fondeur de lettres habitant à Cailloux sur Fontaines … Mis en confiance, Joseph lui confie qu’il est le fils d’Anthelme ! Bigre, quelle affaire ! Joseph lui propose de l’assister aussi avec ses connaissances en mathématiques. Il peut peut lui accorder du temps pour combiner et faire des abaques et mettre au point des programmations : il est là pour quatre mois … Jacquart se trouve surpris du savoir de ce gamin, d’autant que son père ne lui avait jamais parlé de ses connaissances. »

Nous allons maintenant passer en revue quelques ingrédients essentiels qui te permettront de d’accéder à une réussite exceptionnelle à l’instar des individus que nous avons découverts dans le début de cet article. Toi aussi tu as des capacités et des ressources insoupçonnées susceptible de complètement changer la donne. Telle une chenille qui se métamorphose en un magnifique papillon, tu deviendras la meilleure version de toi-même. Le succès ne demande qu’à frapper à ta porte, te propulsant vers un monde d’abondance, vers ta réussite !

Un des ingrédients majeur et absolument fondamental pour atteindre cet objectif est ta capacité à pouvoir te concentrer, c’est-à-dire pouvoir focaliser ton attention et donc tes facultés mentales, physiques et mêmes émotionnelles sur un sujet, une image mentale, une action passée ou future ou encore sur une simple pensée. Il s’agit d’une aptitude précieuse. La concentration permet d’assimiler de nouvelles connaissances, de nouveaux apprentissages de manière efficace et efficiente. Par ailleurs vous parviendrez à être pleinement dans le moment présent dès que vous le déciderez. En effet, nous avons tendance à nous concentrer sur des objectifs situés dans le futur. En agissant ainsi, nous renonçons au bonheur dans le moment présent, cela nous empêche d’initier le changement immédiatement, d’apprécier pleinement ce que l’on possède déjà. En adoptant une telle philosophie de vie, cela ne signifie aucunement que vous renoncez à vos objectifs à long terme, bien au contraire. Au contraire le fait d’avancer un pas après l’autre dans la sérénité facilitera grandement votre réussite dans tous les domaines. Comme l’exprime Jorge Luis Borges, « Le présent est indéfini, le futur n’a de réalité qu’en tant qu’espoir, et le passé n’a de réalité qu’en tant que souvenir présent. »

Nous allons explorer 5 exercices qui vous aideront à renforcer votre concentration et votre aptitude à la concentration de façon spectaculaire. Prenez votre temps, mettez-les en pratique de manière progressive. Ne chamboulez pas complètement votre vie du jour au lendemain. En effet ce conseil est important car sinon vous risqueriez de vous décourager puis de revenir rapidement à vos mauvaises habitudes. Dans le monde d’aujourd’hui, l’attention et la capacité à se concentrer posent d’épineuses questions qui enflamment les débats. Malgré des controverses entre spécialistes, il est indéniable que la profusion d’information auxquelles nous sommes confrontés continuellement et l’utilisation massive des médias numériques, induisent des conséquences indéniables sur le cerveau. Notamment sur notre aptitude à fixer notre attention durant une période prolongée. Selon Mireille Berton, chercheuse et enseignante en histoire du cinéma, « L’apparition de nouveaux médias et de nouvelles techniques a toujours suscité des débats contrastés quant aux effets de ceux-ci sur le corps et l’esprit des usagers. Téléphone, radio, cinéma, télévision, jeux vidéo, écrans numériques, etc constituent autant de terrains où viennent s’affronter des points de vue contradictoires, tantôt technophiles, tantôt technophobes.» Les médias modernes offrent néanmoins également énormément d’atouts lorsqu’ils sont utilisés à bon escient. Ils développent une hyper-attention fort utile pour faire le tri parmi une masse importante d’information provenant de canaux divers et variés. Le problème n’est pas tant l’apparition de nouveaux médias mais la façon dont nous nous les approprions. Souvent ils ne sont qu’un prétexte pour justifier des attitudes passives et privilégiant systématiquement le recours à la facilité. Il faut aussi prendre en compte nos limites mentales. Le cerveau ne fonctionne pas à une vitesse illimitée, il faut entre un tiers et une demi-seconde pour appréhender le sens d’un mot, on ne peut pas s’en affranchir. Un bémol à cette affirmation, nous sommes également dotés de capacités intuitives qui peuvent nous permettre parfois d’appréhender des situations et des solutions à des problèmes de façon instantanée, nous avons alors une révélation. Des recherches scientifiques futures vont certainement démontrer que ces aptitudes se bases sur un fonctionnement quantique du cerveau, qui se met en action de façon exacerbée lorsque nous méditons. Des perspectives fabuleuses s’offrent à nous, nous commençons à peine à entrevoir les perspectives absolument inouïes qu’elles mettent à notre disposition. Comme l’or, l’attention est rare et précieuses, il faut l’utiliser à bon escient. En effet, elle est très sélective, il faut s’efforcer dans la mesure du possible de la focaliser de façon consciente sur ce qui revêt vraiment de l’importance pour nous. Ce processus alimente notre esprit. En 1991 un projet d’étude a commencé afin de caractériser l’ingrédient qui influait le plus sur le succès d’un individu tout au long de sa vie. Pour se faire, le Fast Track Project a suivi l’évolution de 386 élèves de maternelles jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge adulte. A la grande stupéfaction des chercheurs, il s’est avéré que le plus grand prédicateur de succès dans la vie n’était ni l’origine sociale des enfants, ni leur QI, mais leur aptitude à se concentrer. Ils observèrent que les élèves qui parvenaient le mieux à se concentrer à l’école étaient aussi ceux qui obtenaient les meilleurs résultats dans leurs études, mais aussi plus tard durant leur vie professionnelle. Et ce en dépit de leur origine sociale et de leur QI. Il s’agit d’une excellente nouvelle porteuse d’espoir, car on peut développer sa capacité de concentration et son attention grâce à un certain nombre d’exercices accessibles à tous. En effet, la concentration facilite l’étude de sujets en profondeur, la mémorisation et permet d’accroitre la productivité tout en réduisant le stress. Avant d’énumérer 10 techniques qui vous permettront d’accroitre de façon considérable votre capacité de concentration et votre aptitude à la concentrations, interrogeons nous quelques instants sur les mécanismes qui nous ont conduit à cette crise sociétale majeure, la crise de l’attention. Selon des études récentes, la durée d’attention moyenne de la population mondiale se réduit de plus en plus. En 2022 elle atteint une moyenne 8 secondes, soit moins que celle dont est doté celle d’un poisson rouge ! Pour vendre quelque chose sur internet et/ou pour promouvoir vos contenus il s’avère absolument indispensable de prendre en compte ce fait si vous souhaitez générer une audience massive. Du moins dans la phase initiale. Nous aborderons de façon plus approfondie cette problématiques dans d’autres chroniques. Un des principes fondamentaux du marketing et de la publicité consiste à faire en sorte de capter votre attention afin que vous remarquiez ce qu’ils ont à vous proposer. La crise de l’attention est le théâtre d’une guerre féroce avec ses champs de bataille. Pour la capter, les différents protagonistes exploitent des failles de notre système attentionnel qui existent depuis des temps ancestraux. De façon spontanée nous avons tendance à porter notre attention sur ce qui est divertissant, coloré, sur ce qui nous concerne directement, sur ce qui nous permet de rester dans le nid douillet de notre zone de confort, etc. Il en résulte la possibilité de capter rapidement et durablement l’attention à condition d’activer ces leviers. La technologie vient de plus en plus souvent à la rescousse afin d’accélérer encore une peu plus ce processus. Il en résulte que beaucoup d’entre nous privilégient de plus en plus le court terme et les résultats immédiats au détriment du long terme. La crise majeure que nous subissons actuellement aggrave encore un peu plus ce processus. Il serait totalement illusoire, contre-productif et inefficace d’exclure de notre vie toutes formes de médias numériques récréatifs, les réseaux sociaux, la publicité. L’alternative passe au contraire par une véritable éducation à l’attention qui expliquerait comment elle fonctionne, les processus sous-jacents, ses limites et aussi comment elle peut être manipulée. Un tel enseignement est primordial pour les jeunes générations mais pourrais s’avérer fort utile pour éduquer le reste de la population. Les enjeux et les perspectives sont immenses ! Les résultats ne seront pas immédiats, l’enseignement de l’attention est un long processus comme celui de l’apprentissages des savoirs fondamentaux. Il est grand temps de ne plus se contenter de mesurettes et de bâtir la société future sur des fondations robustes et profondes. Il est maintenant temps de passer à la pratique en passant en revue 10 exercices qui vous aideront à muscler votre attention et votre aptitude à vous concentrer. Pratiquez ces exercices régulièrement et sur la durée, vous disposerez assez rapidement d’un super-pouvoir susceptible de littéralement chambouler votre vie. Il vous apportera aussi l’opulence dans tous les domaines de votre existence. Comme l’a si bien exprimé en 1890 William James, l’un des pères fondateurs de la psychologie : « L’éducation de l’attention est d’éducation par excellence. » Dans la deuxième partie de cette chronique qui sera aussi l’édito de septembre 2022, nous aux 10 exercices pratiques. En attendant profitez bien de vos congés pour ceux et celles qui en prennent en juillet et/ou en août.